À l'antenne
Titre
Artiste

#05 – Alpinistes de Staline : Du Spirituel dans l’art… de grimper

proposée par Amandine Rabier

Diffusée le 26 septembre 2021


#05 – Alpinistes de Staline : Du Spirituel dans l’art… de grimper
anamorphose

 
Play/Pause Episode
00:00 / 1:01:22
Rewind 30 Seconds
1X

Aujourd’hui je reçois l’écrivain Cédric Gras qui nous raconte :

J’ai pris conscience que, si ce n’était pas moi, personne ne s’attellerait à cette ahurissante histoire. Je ne voulais pas qu’elle disparaisse dans le noir. J’ai fini par m’en faire un devoir. Dès lors, je me suis chaque jour un peu plus enfoncé dans des recherches fiévreuses, j’ai été happé par ces vies folles, de décennies qui ne l’étaient pas moins, dans un pays qui l’a toujours été.

L’histoire ahurissante dont parle l’écrivain Cédric Gras était, jusqu’alors, une histoire oubliée. Celle de deux alpinistes, deux frères : Vitali et Evgheni Abalakov. Le premier est ingénieur, le second, artiste, peintre-sculpteur.

Deux grimpeurs aux aptitudes hors normes dont les ascensions extraordinaires les érigent en héros de l’alpinisme durant la période soviétique. Dès les années 1920, les montagnes sont un terrain de conquête, un enjeu politique pour l’URSS.

Le statut de héros des frères Abalakov, ne les préserve pourtant pas des tourments de la Grande Terreur Stalinienne à la fin des années 1930 :

Sous des prétextes arbitraires ou fabriqués, n’importe qui peut être décrété ennemi du régime, y compris les fidèles du parti. Un jour honoré, le lendemain désavoué, avant d’être torturé puis prisonnier, fusillé ou envoyé au goulag.

Pourquoi ce régime prend-il plaisir à anéantir les héros qu’il a lui-même fabriqué ?

Qu’est-ce qui pousse les frères Abalakov à continuer de grimper pour un système politique qui annihile ses sujets ?

Dans chacune de ses excursions, Evgheni Abalakov emporte son matériel de peinture. Il peint des aquarelles à 5000, 6000 mètres d’altitude. Cédric Gras rapporte qu’après 18 jours d’ascension, Evgheni a la force de repartir crapahuter pour peindre une vue du Pic Staline qu’il vient de franchir, comme si sa représentation pouvait venir prolonger son cheminement et en raviver les sensations. Qu’est-ce qui anime le cœur de ces alpinistes de l’extrême durant leur élévation ? Notre invité d’aujourd’hui dit que si cette bande d’hommes, grimpe au-dessus des mers de nuages, c’est pour sauver son âme. Y-a-t-il du spirituel dans l’art de l’alpinisme ?

En plateau

Cédric Gras, alpiniste, géographe, écrivain-voyageur, russophone, auteur de récits de voyage dont L’hiver aux trousses, Anthracite, La mer des Cosmonautes, Saisons du voyage.

Son dernier ouvrage Alpinistes de Staline qui fait l’objet de cette émission, lui a valu le prix Albert Londres en 2020.

À l’écoute

Neuzheli ne ya de Svetlana Surganova
Hur Qiz de Yulduz Usmonova

Réalisation : Olivier Grieco