À l'antenne
Titre
Artiste

#124 – PanAmsterdam ou pas ?

proposée par Jérôme Sorrel

Diffusée le 23 août 2021


#124 – PanAmsterdam ou pas ?
Rayons libres

 
Play/Pause Episode
00:00 / 30:00
Rewind 30 Seconds
1X

L’invité :

Tanguy Le Breton, Français installé en Hollande depuis une vingtaine d’années, il a créé son son cabinet de conseils, Grand Angle pour accompagner les entreprises françaises qui souhaitent s’installer aux Pays-Bas. Leur expliquer les différences culturelles, les « do’s & don’t » comme on dit dans la langue de James Bond.

Le contexte :

A Paris, toute la sphère politique et cycliste rêve de faire de Paname, un Panamesterdam. Un subtil jeu de mots. Paname et Amsterdam. Est-ce possible ? et même, est-ce souhaitable ? Il y a quelques numéros (le 109 diffusé le 10 mai 2021, je recevais au micro de Rayons Libres Stein Van Oosteren, qui nous présentait son livre “pourquoi pas le vélo ? Envie d’une France cyclable”). C’était bien. Stein est un hollandais Français. En écoutant à nouveau l’émission je vous avoue quand même être resté sur ma faim. Je peine à comprendre pourquoi on n’y arrive pas mieux, pas plus vite à intégrer le vélo dans notre société. J’avais envie d’aller plus loin pour tenter de comprendre.

Changement de perspective :

Quand l’un Stein est un Hollandais qui vit en France, l’autre est un Français qui vit en Hollande. Peut-être que la perspective est différente. Quand il s’agit de vélo, de politique cyclable, qu’ont les hollandais que les français n’ont pas ? Est-ce simplement une question de volonté politique ? De volonté citoyenne ? Et si oui il y avait une culture, un art de vivre à la hollandaise qui était propice au développement du vélo. Au delà de l’excuse “oui là-bas; c’est facile, la hollande c’est bien le plat pays ».

Quelques clés de compréhension :

Évidemment que les cultures et les arts de vivre sont différents.  Selon Tanguy il y a par exemple en Hollande les valeurs telles que bien-être et de vivre ensemble, pragmatisme, équité qui sont des valeurs abordées différemment par les hollandais. La liberté est aussi abordée différemment en Hollande. En France, on le voit d’ailleurs très bien en ce moment alors que les enjeux de Pass Sanitaires sont discutés (et discutables), la liberté en France est d’abord la liberté individuelle. Quand en Hollande, Tanguy oppose « liberté » et « conformisme »… Dans la culture hollandaise le conformisme primerait sur la liberté… Quand universellement, le mot liberté est associé à la pratique du vélo. Tentons de comprendre ce paradoxe !

Alors pourquoi le vélo a pris une telle place en Hollande ? :

Bonne nouvelle, en écoutant Tanguy on comprend que les Néerlandais ne sont pas plus intelligents que les Français, sur le sujet du vélo, il semblerait qu’ils sont simplement plus en avance. Au fil des décennies ils ont pris l’habitude d’intégrer le vélo dans leur quotidien. Comme nous le disait Stein finalement, dans un foyer hollandais, que chacun ait son vélo est aussi naturel que le fait d’avoir chacun sa brosse à dents. Aussi, Tanguy explique que le gouvernement hollandais fait en sorte de donner envie à ses concitoyens de pédaler. Il donne envie et montre l’exemple.

Quelques différences fondamentales malgré tout :

Le vélo, en France ou aux Pays-Bas (ou partout dans le monde) est bien entendu une solution de mobilité économique. Autant pour la société que pour chaque contribuable. Notons malgré tout, qu’en France, ce point est probablement moins vrai. Notre industrie automobile n’est pas florissante, en 2016, elle fait tout de même vivre 216,000 personnes, plus de 1,700 entreprises, environ 200 milliards d’Euros de Chiffre d’Affaire. Alors évidemment quand Bruno Lemaire, notre Ministre de l’économie annonce, « J’aime la voiture, j’adore la voiture« , il a en arrière pensée le poids économique de cette industrie.

A l’oreille :

Un morceau délicieusement disco, Pan Amsterdam, par Carrot Cake