À l'antenne
Titre
Artiste

#120 – Victimes de la route et loi Badinter

proposée par Jérôme Sorrel

Diffusée le 26 juillet 2021


#120 – Victimes de la route et loi Badinter
Rayons libres

 
Play/Pause Episode
00:00 / 30:00
Rewind 30 Seconds
1X

émission enregistrée le 8 juillet 2021 et première diffusion le 26 juillet 2021

Nota: L’enregistrement de l’émission avec notre invitée a eu lieu le 8 juillet 2021, la chronique d’Abel est enregistrée le 22 juillet 2021. Mercredi 21 juillet 2021 s’est déroulée ce drame à Boulogne-Billancourt, drame au cours duquel une cycliste de 24 ans est décédée sous les roues d’un camion. En savoir plus ici. L’équipe de Rayons Libres a décidé garder l’enregistrement de la discussion tel quel. De ne modifier aucunement le contenu de l’émission pour tenter de coller à l’actualité. La première diffusion de cette émission  est donc le 26 juillet 2021, en l’écoutant nous aurons une pensée particulière pour cette jeune femme, ses proches, ses collègues. En plus d’une pensée pour Vélomagus mentionné en fin de texte ici même.

L’invitée :

Au micro aujourd’hui Maître Romy Lafont-Collard, avocate associée dans le cabinet Jehanne Collard & associés, depuis plus de trente ans ce cabinet a décidé de se placer du côté des victimes. Victimes de la route, d’erreurs médicales, d’accidents sportifs ou de la vie quotidienne.

Une vie, des vies bouleversées

Parce qu’être victime d’un accident de la route laisse souvent des séquelles physiques et psychologiques. Parce que des vies sont bouleversées à cause d’un moment d’inattention, d’un texto à envoyer immédiatement, d’une impatience urgente. Se déplacer à vélo, malheureusement, signifie accepter le fait de cohabiter avec des conducteurs et conductrices de véhicules motorisés souvent pressés, souvent imprudents, parfois inconscients des risques qu’ils prennent, des risques qu’ils font courir, des conséquences de leurs actes.

Loi Badinter

Romy nous explique au micro de Rayons Libres, le statut particulier du cycliste quand il est victime d’un accident. Il a le même statut qu’un piéton, on le considère de facto comme non conducteur et de fait éligible à une indemnisation à hauteur, en principe, de l’évaluation des dommages.

Il y a une loi, la loi Badinter, qui date de 1985 qui place les cyclistes au même niveau que les piétons, des non conducteurs. Ce principe est expliqué ici.

Le temps long

Être victime de la route c’est souvent entrer dans un combat pour reconstruire sa vie, pas comme celle d’avant. Être avocat des victimes, c’est choisir de ne jamais être du côté des assureurs. Enfin, être avocat des victimes de la route c’est accompagner ses personnes, ses familles dans un long combat.

Romy nous explique aussi que ce combat, c’est aussi du travail de lobby, pour que la loi soit appliquée, pour que le sujet soit compris, pour une meilleure prise de conscience des conducteurs motorisés. Enfin Maitre Lafont-Collard nous explique qu’être accompagné d’un avocat est une option, ce n’est pas obligatoire.

Quelques pensées en particulier :

Pour finir, tout au long de l’émission, j’avais en tête l’histoire de Vélomagus, j’ai relu son histoire sur son site pour préparer cette émission, il n’est plus visible sur twitter, il n’empêche, si jamais il passe par là, Vélomagus, je te souhaite une belle et longue route à toi et aux tiens.

À l’oreille : Warm my soul feat. Courtney John Album : Warm my Soul

La chronique d’Abel

Abel décide de commenter le drame évitable mentionné en haut de cette page. Le décès de cette jeune femme à Boulogne-Billancourt. Évitable s’il y avait un peu plus de compréhension de la part des autorités, des motorisés aussi des enjeux de sécurités relatifs aux déplacements à vélo. Malheureusement, l’éducation ne passe pas véritablement par la presse, Le Parisien, relate cet drame de la route avec peu d’à-propos.