À l'antenne
Titre
Artiste

#114 – Le vélotaf, un truc de patron ? (enfin !)

proposée par Jérôme Sorrel

Diffusée le 14 juin 2021


#114 – Le vélotaf, un truc de patron ? (enfin !)
Rayons libres

 
Play/Pause Episode
00:00 / 28:27
Rewind 30 Seconds
1X

Contexte

Au micro Geoffroy Roux de Bézieux, il est accessoirement entrepreneur dans le monde du vélo, subsidiairement cycliste. Il fut aussi vélotaffeur. Nous l’interrogeons aujourd’hui principalement parce qu’il président du MEDEF (fonction qui l’éloigne de la pratique du vélotaf, à son grand dam, visiblement).

Le vélotaf, une revendication patronale ?

Peut-être pas jusque là quand même. Il n’empêche Rayons libres* s’est rendu dans les beaux locaux du Medef, le Mouvement des Entreprises De France pour tenter de savoir si enfin le vélotaf est devenu un sujet patronal. Thierry Cadart, Trésorier National de la CFDT nous expliquait dans le numéro 101 de Rayons Libres, que la mobilité au quotidien domicile travail est un  sujet « éminemment syndical, le vélo est donc un sujet éminemment syndical”.

Faisons donc le grand écart, le vélo en est capable, Rayons Libres aussi en donnant la parole au porte-parole des patrons, le président du MEDEF. Le vélo est-ce un sujet, un objet éminemment patronal ?

Comment accompagner le développement de la pratique « vélo/boulot/vélo » ?

La mission du MEDEF est bien de “mettre au cœur de son action la création d’emplois et la croissance durable”. Geoffroy Roux de Bézieux a aussi lancé comme premier chantier en arrivant au sein du MEDEF (en 2018) la création d’une raison d’être pour le MEDEF (et montrer la voie pour les entreprises, qu’elles se dotent elles aussi d’une raison d’être). La raison d’être du MEDEF c’est « agir ensemble pour une croissance responsable. »

Croissance durable, croissance responsable… la pratique du vélo au quotidien coche-t-elle toutes ses cases ?

Nous évoquons aussi la position du MEDEF pourquoi s’est elle opposée à la généralisation obligatoire du forfait mobilité durable (les fameux 500€ que les entreprises peuvent (et non doivent) verser à leurs salariés pour couvrir tout ou parti des frais de déplacements à vélo.

Quelles sont les barrières qui doivent encore tomber pour une meilleure acceptation de la mobilité à vélo au sein des entreprises ? Et la place du sport dans l’entreprise, même si la pratique du vélo peut (ou pas) être considérée comme un sport (chacun.e mettra son curseur où il veut sur ce point), comment le vélo peut s’intégrer ?

Le MEDEF un interlocuteur ?

Aussi le MEDEF est-il un interlocuteur d’autres organisations, comme la FUB par exemple pour le travail en cours de label employeur pro-vélo. Vous comprendrez en écoutant cette émission, que nous ne sommes pas les seuls à savoir faire le grand écart. Le MEDEF doit aussi composer avec par exemple au sein du son conseil exécutif, le Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA), le Conseil National des Professions de l’Automobile (CNPA), Union Française des Industries Pétrolières (UFIP), Groupement Interprofessionnel du Transport et de la Logistique (GITL). Oui nous parlerons de cyclo-logistique aussi.

Parce que selon Geoffroy Roux de Bézieux, le monde n’est pas binaire, le blanc d’un côté, le noir de l’autre. Dit autrement, les gentils et les méchants.

Abel quant à lui vient conclure l’émission en nous rappelant que l’essor des pratiques et usages du vélo n’est pas un enchantement de Merlin. Depuis le milieu des années ’90, de nombreuses initiatives ont été mises en place, pour créer le terreau sur lequel le déploiement du vélo peut aujourd’hui s’enraciner. Pour durer ? On l’espère tous ici.

Envie d’en savoir plus sur le MEDEF ? Sur Geoffroy Roux de Bézieux ?

À l’écoute :

WORK de Charlotte Day Wilson, quand Charlotte clame “It’s gonna take a bit of work, I think This’ll work”… Si ça se trouve elle s’adresse à Geoffroy pour que le vélo ait une plus grande place dans l’entreprise, si ça se trouve

Remerciements :

Stéphane Dujardin était présent pour réaliser l’émission, merci à lui. Emma Voglimacci en stage chez Cause-Commune était aussi présente. Elle fut parfaite. Merci à elle également. Merci enfin à Bruno Rouault, Directeur de Cabinet du président du MEDEF pour avoir faciliter l’enregistrement de l’émission dans les derniers 100 mètres.