#02 – La vie manifeste – Emanuele Coccia, le monde a consistance d’une atmosphère.

proposée par Emmanuel Moreira

Diffusée le 13 février 2019


  • Partager sur les réseaux sociaux

#02 – La vie manifeste – Emanuele Coccia, le monde a consistance d’une atmosphère.
La vie manifeste

 
 
00:00 /
 
1X
 

Invité.e.s :

  • Emanuele Coccia est maître de conférence à l’EHESS.
    Auteur de La vie sensible et La vie des plantes aux éditions Rivages.

Résumé :

L’entretien s’articule à partir de la lecture de La vie des plantes, une métaphysique du mélange.
Emanuele Coccia philosophe ayant reçu une formation de botaniste, tente de connaître la nature du monde en observant les plantes. S’intéresser aux plantes c’est décrire un mode d’être-au-monde radicale. En cela que les plantes n’entretiennent aucune relation sélective avec ce qui les entoure. Elles sont exposées et ne peuvent se déplacer. L’être-au-monde des plante est une immersion. Elles transforment ce qu’elles touchent en vie. Elles font de la matière, de l’air, de la lumière solaire, un monde. « La vie des plantes est une cosmogonie en acte ». Être, ici, signifie faire monde et tout organisme vivant est l’invention d’une manière de produire le monde.

Au terme de la lecture du livre, on reprends conscience de la métamorphose permanente, comme vérité du vivant. On redonne sa relativité nécessaire aux notions d’environnement et de milieu, qui nous retirent la compréhension du mélange dont nous faisons pourtant l’expérience à chaque instant. Après tout, quand nous inspirons, ne faisons-nous pas venir le monde en nous et quand nous expirons nous nous projetons dans le monde. De sorte que « ce que nous appelons respiration n’est que l’agriculture de l’atmosphère ».

Le vivant façonne le monde, autant qu’il se laisse façonner par lui. La transformation est permanente. Rien n’est solide, « le monde à la consistance d’une atmosphère ». Mais la transformation c’est aussi pour le pire. Les espèces sont sans fraternités, elles produisent un monde, transforment ce qui leur est accessible, se répandent et peuvent mettre en péril d’autres espèces. C’est notre condition, notre vérité. Peut-être nous faudrait-il contrarier notre nature. Nous faire les jardiniers du monde et refuser de nous répandre au point de tout détruire.

Lire La vie des plantes d’Emanuele Coccia, c’est refermer le livre avec une envie pressante d’ouvrir un livre de culture. Car ce dont nous avons besoins face à l’immense crise écologique, c’est d’un moment de culture. Ce que nous avons appelé culture ( chemins de fer, internet, techniques, extractivisme …) n’aurait sans doute été rien d’autre que la manière dont nous nous sommes laissés aller à la nature du monde. Et les inégalités sociales et économiques rien d’autre que les lois du vivant. En appeler à un moment de culture, c’est accepter de ne pas être un simple vivant parmi les vivants, mais une espèce responsable de toutes les espèces, ayant le tout du monde en héritage et la responsabilité de sa persistance.



À l'antenne
TITLE
ARTIST
Background