À l'antenne
Title
Artist

#20 – Google va-t-il tuer nos villes ?

proposée par Paul Citron, Lolita Voisin & Olivier Gaudin

Diffusée le 10 février 2020


#20 – Google va-t-il tuer nos villes ?
Ainsi va la ville

 
 
00:00 /
 
1X
 

Contexte :

Dans cet épisode, nous échangeons avec l’agence de design Vraiment Vraiment, suite à la publication de leur texte Espace public, Google a les moyens de tout gâcher..

Romain Beaucher et Alexandre Mussche, dont l’ambition est de faire du design d’intérêt général, nous racontent l’impact et les risques de la collecte des données opérée par Google sur les expériences urbaines des usagers de leurs services. Au détour de leur analyse, les notions « d’espace public » et les formes urbaines telles que les « façades » et les « centres » sont considérablement reléguées.

Introduction :

« C’était un café efficace, disons. Un café qui, comme la plupart, depuis que la ville avait été privatisée, n’était plus du tout un lieu de braillades, de petits vieux, d’échanges ou de cuites complices mais un ersatz de bureau pour travailleurs auto-entrepris. Un filflow comme ils disaient : Free Office For Liberal Open Worker. Personne ne prenait plus la peine de s’y regarder, d’y tenter un flirt ou un tchin : on cobossait sans même se voir, le brightphone pluggé dans le hub de la table, le plateau relevé à 60° servant d’écran et dressant, de toute façon, un muret sans appel entre le client et le monde, encore redoublé par le cocon du casque. La convivialité 2040. »

« Ils acceptent parce que nous rêvons tous d’un monde bienveillant, attentif à nous. Un monde qui prenne soin de nos esprits et de nos corps stressés, qui nous protège et nous choie, nous aide et corrige nos erreurs, qui nous filtre l’environnement et ses dangers. Un monde qui s’efforce d’aménager un technococon pour notre bien-être. L’intelligence ambiante pourvoit à ça. Elle nous écoute et elle nous répond. Elle courbe cette bulle autour de nos solitudes. Elle la tapisse d’objets et d’interfaces cools. Bien sûr, elle en profite pour nous espionner jusqu’au slip et pour nous manipuler jusqu’à la moelle ! Mais au moins, elle s’occupe de nous, ce que plus personne ne fait vraiment… C’est un cercle vicieux. »

« Non, ce qui nous définit, plus profondément, est la quête du contrôle. Externe et interne. Contrôle de notre corps, de notre espace, de nos ressources… Contrôle panique et raisonnée de l’altérité : des autres prédateurs, des maladies qui ne sont que des prédateurs plus petits ; contrôle de l’accès à la nourriture, contrôle des déchets, contrôle du climat, contrôle à toute agression probable, possible, plausible ! Évidemment, nous avons échoué, souvent, en partie, tout le temps. Mais la quête s’est poursuivie et s’est affinée, à mesure que les menaces externes reculaient. Dans un univers désormais anthropisé à l’extrême, comme le sont nos villes occidentales, quelle était la dernière menace résiduelle, le dernier élément à maîtriser pour atteindre la sérénité ? Sinon nos semblables ? »

Alors qu’est-ce qu’on fait ? »

Alain Damasio, Les Furtifs, 2019, éd. La Volte

À l’oreille :

  • John Surman – Edges of illusion
  • Chassol – Madame Étienne Lise
  • Rone feat Alain Damasio – Bora Vocal | Live Plus Près De Toi

Pour aller plus loin :