À l'antenne
Titre
Artiste

#89 – Rdv à New York chez Arleen Schloss, au 330 Broome Street

proposée par Isabelle Kortian

Diffusée le 24 novembre 2021


#89 – Rdv à New York chez Arleen Schloss, au 330 Broome Street
Le monde en questions

 
Play/Pause Episode
00:00 / 1:00:03
Rewind 30 Seconds
1X

En plateau

  • Baptiste Brévart, artiste, co-auteur de Wednesdays at A’S, 330 Broome St. NY 1979-1981, Animosa
  • Guillaume Ettlinger, artiste, co-auteur de Wednesdays at A’S, 330 Broome St. NY 1979-1981, Animosa

Contexte

A la fin des années 1970, le quartier du Bowery, dans le Lower East Side de New York souffre d’une réputation de coupe-gorge, depuis des décennies. Florissant au XIXème siècle, voie de passage quasi obligé pour tous les immigrants débarquant à Ellis Island, le quartier n’a cessé de se paupériser depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, au point de devenir le symbole du déclin d’une ville en grande difficulté financière. Les prix de l’immobilier s’y effondrent, une atmosphère permissive y règne, autant de facteurs favorisant l’installation de lieux alternatifs et celle de nombreux artistes à partir des années 1960. Parmi eux, Arleen Schloss et son compagnon « Cow Boy » Ray Kelly.

Qui est Arleen Schloss ? Née en 1943, c’est une artiste aux pratiques hybrides, multimédia, travaillant sur l’alphabet, le langage et la diction, toujours à l’affût de nouvelles pratiques artistiques. Le loft new-yorkais qu’elle a acheté au 330 Broome Street, pour une poignée de dollars, est une ancienne manufacture de mannequins, qui fut autrefois une école. Il devient à la fin des années 1970 un lieu d’expérimentation hors du commun. Arleen y reçoit tous les mercredis, pendant 18 mois, une programmation hybride de concerts, performances, lectures, expositions ou projections. Chaque semaine, des flyers, réalisés sur la photocopieuse de Tod Jorgensen, annoncent l’événement, égrenant une liste hétéroclite d’artistes plus ou moins connus du mythique underground new-yorkais. Chaque mercredi, on croise ainsi au 330 Broome Street des personnalités telles que Glenn Branca, Alan Vega, Kim Gordon, Thurston Moore, Liquid Liquid, Jean Basquiat, Aï Weïweï, etc.

Trente ans plus tard, Baptiste Brévart et Guillaume Ettlinger, qui vivent entre Paris et Hanovre, rencontrèrent Arleen, chez elle, en 2011. De leur amitié durable naquit progressivement l’idée originale d’entreprendre un travail archéologique sur la mémoire évanescente de ce lieu d’expression et d’expérimentation hors normes. Ils ont rassemblé un grand nombre de témoignages exceptionnels et documents inédits. Avec la précieuse collaboration de Pauline Chevalier, historienne de l’art, et Guillaume Loizillon, musicologue et compositeur, ils retracent l’histoire des arts parallèles du légendaire underground new-yorkais.

À l’oreille

  • Arleen SchlossHow she sees it (3 :40)
  • Bush TetrasToo many Creeps (4 : 05)
  • Liquid LiquidRubbermiro
  • Y PantsOff the Hook (2 :16)
  • Glenn BrancaThe Spectacular Commodity (12 :39)

Pour aller plus loin

Baptiste Brévart et Guillaume Ettlinger, Wednesdays at A’S, 330 Broome St. NY 1979-1981. Avec la collaboration de Pauline Chevalier et Guillaume Loizillon, Animosa, 2021